Hospitalisation

L'hospitalisation n'est jamais un moment facile mais soyez assurés que nous assurerons avec les équipes administratives et médicales de la Polyclinique du parc tous nos moyens pour votre sécurité, la qualité de vos soins et votre entier confort


Polyclinique du Parc
48bis, rue Henri-Barbusse - 59880 Saint-Saulve
Tél. : 0 826 20 92 95

http://parc.medi-partenaires.com/

En voiture
Autoroute de Bruxelles, sortie 23 Saint-Saulve
Par les transports en communs
Bus : ligne 15 ou 16 puis ligne 61 arrêt Saint-Saulve Place

 

Les anesthésies locales

salle I salle I  

En salle de soins sans la présence d’un médecin anesthésiste, votre passage à la clinique se résume à l’acte opératoire (de type soins de cabinet dentaire)

Les anesthésies locales sont utilisées lors d'interventions qui ne nécessitent pas l'endormissement du patient. Elles peuvent consister en une infiltration d'un produit directement à l'endroit que l'on souhaite anesthésier qui agira sur un territoire anatomique dépendant d'un nerf ou de plusieurs branches de nerfs, en bloquant le départ même des influx nerveux. Les produits les plus couramment utilisés pour les anesthésies locales sont associées parfois à de l'adrénaline dont les propriétés vasoconstrictrices (rétraction des vaisseaux sanguins) limitent les saignements. Leurs durées d'action varie d'1 à 3H.

 

La neuroleptanalgésie

 salle II salle II  

Une consultation complète d’anesthésie préalable à l’intervention vous sera demandée.

Réalisée au bloc opératoire par le médecin anesthésiste, une hospitalisation de jour est nécessaire ainsi qu’un accompagnant pour votre sortie.

Bien que faisant partie des anesthésies générales, la neuroleptanalgésie présente quelques intérêts. En effet, de nombreuses interventions peuvent être réalisées avec ce type d'anesthésie "vigile" obtenue par l'injection intraveineuse de sédatifs associés à des analgésiques, qui suppriment la douleur.

La diminution de l'anxiété et l'effet tranquillisant dues au neuroleptique ont également une part d'effet analgésique. Durant l'opération, le patient somnole mais reste conscient. Il est capable de répondre à des ordres simples tout en pouvant subir une intervention majeure. La neuroleptanalgésie s'accompagne d'une anesthésie locale par infiltration. Durant l'intervention le patient respire spontanément.

 

L'anesthésie générale

Bloc opératoire Bloc opératoire  

Une consultation complète d’anesthésie préalable à l’intervention vous sera demandée.

Réalisée au bloc opératoire par le médecin anesthésiste, une hospitalisation de jour est nécessaire ainsi qu’un accompagnant pour votre sortie.
L'anesthésie générale par inhalation peut être réalisée avec du protoxyde d'azote.

On lui associe parfois d'autres drogues qui peuvent supprimer la douleur, la tonicité musculaire ou les risques de chocs opératoires.

Cependant, dans la plupart des cas, l'anesthésie générale se fait par voie intraveineuse, l'inhalation servant plutôt à entretenir un état d'anesthésie.
Les produits modernes sont prévus pour avoir une vie courte dans l'organisme. Le réveil peut ainsi se faire en quelques minutes. Toutefois, l'anesthésie générale est la plus lourde des anesthésies. Les risques sont donc plus conséquents que ceux d'une anesthésie locale et les suites opératoires sont plus délicates. Le patient doit rester sous surveillance médicale plusieurs heures pour surveiller l'action toxique des drogues et leur complète évacuation de l'organisme.

 

 

Date de dernière mise à jour : 17.08.2019